Chinois ou « Schneckekueche »

Chinois

Quelle est votre recette préférée ? Mais pourquoi je pose une telle question ? Tout simplement parce que Claudine du très joli blog La cuisine de Gut propose un concours pour gagner son propre livre de recettes en partenariat avec Creermonlivre.com. Pour le découvrir cliquez sur le logo. Et bien, j’ai eu beaucoup de mal à répondre à cette question, parce que des recettes préférées, j’en ai plein !

concours-publiez-votre-recette-prc3a9fc3a9rc3a9e1Finalement, je me suis décidée pour la brioche du petit-déjeuner des week-end de mon enfance que j’adore, le chinois.

Chinois

Le chinois est un gâteau traditionnel alsacien appelé « Schneckekueche » ou « Rosekueche » en alsacien. Kesako ?  Si vous ne parlez ni allemand ni alsacien, « Schnecke » signifie escargot et « kueche » gâteau, ce qui signifie littéralement gâteau en escargots du fait de sa forme et non de sa composition ! Le gâteau est constitué de pâte roulée en plusieurs escargots et fourrée d’amandes ou de noisettes, ou encore de crème pâtissière. Et vous vous demandez peut-être pourquoi on l’appelle « chinois » ? Le premier importateur français de ce gâteau avait du mal à prononcer « Schneckekueche » aussi cela lui apparaissait aussi compliqué que le chinois, et ce terme est resté.

Pour un moule à manqué de 20 cm :

  • 1 sachet de levure de boulanger déshydratée
  • 1 dl de lait
  • 2 oeufs
  • 300 g de farine
  • 50 g de sucre
  • 50 g de beurre
  • Pâte à fourrer : 75 g de sucre, 80 g d’amandes ou de noisettes en poudre (j’ai fait un mélange moitié amandes et moitié noix), 1/4 càc de cannelle, un peu de crème, quelques gouttes d’extrait d’amande amère (facultatif)
  • 80 g de raisins secs
  • 1 pincée de sel
  • Dorure : 1 oeuf
  • Glaçage : 20 g de sucre glace, un peu de kirsch (facultatif)

1- Préparer la pâte levée : Délayer la levure dans le lait tièdi. Dans la cuve du robot ou dans un saladier, mettre la farine, les oeufs, le sucre et le sel. Pétrir puis ajouter le lait au fur et à mesure tout en pétrissant. Dès que la pâte se détache des parois du récipient, incorporer le beurre ramolli. Pétrir énergiquement. Rassembler en boule. Couvrir d’un linge propre et laisser lever dans un endroit tiède durant 1 heure.

2- Réaliser la masse à fourrer : Mélanger le sucre avec l’oeuf. Ajouter les amandes (ou noisettes ou amandes-noix), la cannelle, l’extrait d’amande et un peu de crème si nécessaire (la masse doit être souple mais ne pas couler).

3- Assemblage : Fariner le plan de travail. Prélever environ 60 g de pâte et l’étaler en un disque équivalent au diamètre du moule. Le placer au fond du moule à manqué beurré. Étaler le reste de pâte en un rectangle. Y répartir de manière homogène la masse à fourrer et les raisins secs. Rouler la pâte dans sa longueur et découper le boudin en 7 tranches de 3 cm d’épaisseur environ. Déposer ces tranches sur le fond de pâte sans qu’elles se touchent. Laisser lever dans un endroit tiède durant 30 minutes.

4- Préchauffer le four à 180°C. Dorer à l’oeuf battu. Enfourner durant 30 à 40 minutes.

5- Glaçage : Mélanger le sucre glace avec un peu d’eau et le kirsch. Passer ce mélange au pinceau sur le chinois, à la sortie du four. Maintenant le plus difficile : laisser refroidir !

ChinoisVous voulez découvrir d’autres spécialités alsaciennes ? Venez jeter un oeil sur le kougelhopf, le gâteau aux streusel ou le berawecka.

34 réflexions sur “Chinois ou « Schneckekueche »

  1. Chouette Laurence !! quelle belle surprise !! Tu l’as faite pour me faire plaisir c’est pas possible j’adore les brioches !
    Je valide bien évidemment ta participation !!J’avoue ne pas trop savoir quelle photo prendre : peut être celle où l’on peut voir justement cette belle mie ? elle me fait tellement envie ! qu’en penses tu ? dis moi si tu veux je changes !! Bonne soirée Laurence

  2. Qu’elle est belle cette brioche ! ah! les souvenirs d’enfance tiennent une grande place dans notre gastronomie intime. Bon il faut que je me creuse la tête pour ce concours 😉

  3. Pingback: Mon "Schneckekueche" à moi! | Le journal de Tarielle ...

  4. Pingback: Votez pour le concours : Publiez votre recette préférée ! | Cuisine de Gut

  5. Comment n’y ai-je pas penser !!! moi qui adore le chinois, et alsacienne de surcroît !! ^^ certainement parce que je ne l’ai pas encore mis sur le blog 😉
    En tout cas je le croquerai volontiers …. je dois t’avouer que mon coeur balance pour la version crème pâtissière + grosses pépites de chocolat !!!! lol ! et raisins secs …
    Bravo pour ta belle réalisation qui me rappelle bien des souvenirs inoubliables …
    Bises Sandrine

    • Merci c’est gentil ! Quand on en a à disposition dans une bonne boulangerie, on a moins souvent envie de le faire soi-même ! Si tu publies un billet, ça sera un plaisir de découvrir la version de ton enfance. Passe un bon week-end Sandrine !

  6. Je ne savais pas d’où venais ce nom effectivement, comme quoi parfois, ça ne part de pas grand chose !
    Mais je crois que j’en ai trop mangé étant petite parce que j’adorais ça et que maintenant je m’en suis lassée et que ça ne me donne plus autant envie, quel dommage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s